Monde

Auteur

anicolas

 

Alexandre Nicolas :

Cartographe - géomaticien,

ancien officier géographe

du Ministère de la Défense.

Lire la suite...  

AUTEUR

De nombreux espaces naturels protégés peuvent être considérés comme "urbains", en raison de leur intégration dans une agglomération. A la fois grands jardins publics et garantie de biodiversité, ils sont nécessaires à la ville. Ils incarnent la proximité du " sauvage " et une plus-value esthétique.
Cette relation est pourtant conflictuelle, du fait de la pression urbaine et du tourisme, et peut même aboutir à l'exclusion des populations pauvres.

Carte : Le parc Tijuca face aux favelas à Rio de Janeiro

 

Carte : Le parc Tijuca face aux favelas à Rio de Janeiro

Le paradoxe des parcs nationaux urbains

Varsovie, Mumbai, Le Cap, Rio, Stockholm, Nairobi, San Francisco : plusieurs métropoles intègrent aujourd'hui des espaces protégés, enveloppés par des activités et des quartiers résidentiels denses.
Mais au delà de l'idée d'une nature " assiégée " par la ville, des politiques émergent dans les pays développés, composant avec la protection par une valorisation des écosystèmes, une éducation à l'environnement et des réglementations foncières strictes.
Les concepts de " nature urbaine ", de " biodiversité urbaine " permettent d'accommoder les espaces construits à la nature, dans une approche réparatrice.

Cependant, au Sud, la question du développement prime encore sur cette évolution de la relation ville-nature. A Rio de Janeiro, et plus encore à Mumbai, les parcs sont exposés directement à la fragmentation des milieux naturels, à l'étalement urbain et aux prédations diverses sur les ressources, avec souvent des réponses inégales.
La tentative de conciliation territoriale expérimentée à Rio - où la situation permet plus de marges de manœuvre - contraste avec la radicalisation des positions à Mumbai.

Rio : la conciliation


Au cœur de Rio (6 millions d'habitants), le parc national de Tijuca, dont le symbole est la statue du Christ Rédempteur (sur Corcovado) reçoit environ 2 millions de visiteurs par an. C'est une forêt tropicale secondaire en mosaïque, coupée par 45 km de routes.
La pression urbaine y est grande : pelerinages, feux de forêt, braconnage, divagations d'animaux s'ajoutent à l'extension de 100 bidonvilles dans un périmètre protégé par 5 gardes seulement.

 
Depuis 2008, la gestion du parc est participative, avec un conseil consultatif regroupant des membres de la société civile et la mairie. Vers le sud et ses quartiers, un mur de protection contre l'expension de bidonvilles a été envisagé ; ailleurs, des initiatives se developpent avec l'aide d'ONG locales (nettoyage, replantations, écotourisme...)

Photo : Mont Pedra Bonita, (700 mètres, il se trouve à l’intérieur du Parc National de Tijuca)

Photo : mont Pedra Bonita

Mumbai : l'expulsion

Mumbai illustre une situation dramatique d'exclusion sociale par la nature. La mégalopole de 20 millions d'habitants (auxquels s'ajoutent plus 150 000 personnes par an) exerce une pression accrue sur les mangroves et les 100 km² de la forêt du parc national Sanjay Ghandi, au nord.
Ce dernier sert de château d'eau, de poumon vert et de lieu de ressourcement pour les population urbaines, avec un site de loisirs et de pèlerinage à l'ouest du parc, et des enclaves urbaines au sud. En 1995, plus de 500 000 habitants vivaient dans le parc, par extension de l'habitant informel. Ici, le contexte ne permet pas la gestion participative : la pression sur la ressource en bois, le gibier et le foncier est extrêmement forte. La pauvreté des slums et la croissance urbaine, symbolisée par des tours verticales aux portes du parc, assiègent littéralement la forêt.

Carte : Le parc Sanjay Gandhi, une enclave dans Mumbai ?

Carte : Le parc Sanjay Gandhi, une enclave dans Mumbai ?

En retour, les attaques de léopards contre les riverains deviennent fréquentes. Un mur délimite donc le parc au sud. Des expulsion violentes ont été décidées en 2000 : 46 000 logements informels et petits commerces ont été évacués, avec le soutien des associations écologistes... et des promoteurs locaux. Des indemnités et un relogement étaient prévus pour les résidents d'avant 1995. Cependant, seuls 12 000 bénéficiaires ont surmonté les démarches et la corruption.
Aujourd'hui, 150 000 personnes seraient encore dans le parc, avec l'accord tacite des forestiers.
La relation entre le parc et la ville achoppe donc surtout sur la question du sous-developpement et de la promiscuité spatiale.

Articles connexes :

 

Article extrait de :

 

www.le-cartographe.net
Partager
comments
  • 5 May, 2020
    Les voyages de Corto

    Les Voyages de Corto Maltese.
    Quoi de mieux qu'une carte pour comprendre la philosophie de cette immense figure
    de la bande dessinée imaginée par Hugo Pratt.


    Corto Maltese est un grand voyageur. Aventu...
  • 26 August, 2014
    Cannabis Club
    Le commerce du cannabis : premier trafic de drogue au monde

    Originaire des contreforts de l’Himalaya le chanvre est l'une des plantes les plus anciennement connues et cultivées par l'homme.

    Pourtant...

  • 16 April, 2014
    Armes nucléaires
    Comment fonctionne une arme nucléaire ?
    Il existe une différence foncdamentale entre les deux grands type d'armes nucléaires. Le fonctionnement des BOMBES A (armes à fission) est relativement "simple...
  • 5 November, 2013
    Le Tour du Monde (1860-1914)
    Le Tour du Monde, Nouveau Journal des Voyages : créé par Édouard Charton (1807-1890) en 1860, ce journal hebdomadaire est paru jusqu’au 31 juillet 1914 chez Hachette. La revue rassemble plus de 900 ré...
  • 27 June, 2013
    Les pavillons maritimes
    Le pavillon est le nom donné aux drapeaux dans la marine. Certains servent à la signalisation et résentent une lettre, un chiffre ou un message prédéterminé. Le pavillon national, arboré à l'arrière d...
  • 14 February, 2013
    Mumbai et Rio de Janeiro : la protection au défi de la pression urbaine

    De nombreux espaces naturels protégés peuvent être considérés comme "urbains", en raison de leur intégration dans une agglomération. A la fois grands jardins publics et garantie de biodiversité, ils s...

  • 16 October, 2012
    L'empreinte écologique
    Qu'est-ce que l'empreinte écologique ?

    L'empreinte écologique a été inventée et développée dans le courant des années 1990 par deux chercheurs canadiens, Mathis Wackernagel et William Rees, dans le but...
  • 13 October, 2012
    Les parcs, reflet d'un environnement politique et social
    A l'occasion de la sortie de l'Atlas des espaces protégés. Les sociétés face à la nature, aux Éditions Autrement, Lionel Laslaz a commenté dans le journal Libération daté du 13 octobre 2012 une carte ...
  • 8 December, 2011
    L'État McDonald's dans le monde

    Voici quelques cartes représentant la présence de l'État McDo dans le monde.

    Comme on peut le constater, seules les régions les plus pauvres du monde et quelques pays hostiles aux intérêts occidentaux ...

  • 3 October, 2010
    «Le Parrain», une géopolitique transatlantique
    Cette carte est révélatrice d’une représentation très élémentaire, qu’a contribué à forger la saga de Coppola. Les décors sont souvent de véritables lieux communs. Ainsi, le Parrain I et II ne montren...
  • 30 May, 2010
    Le monde en quelques statistiques

    No comment...

    Illustration : Population par continent (2009)



    ...
  • 6 May, 2010
    Les pertes militaires des guerres du XXème siècle

    Entre 35 et 40 millions de soldats tués sur la planète au XXème siècle.
    Mais combien de civils ? Les guerres modernes touchent de plus en plus les civils et de moins en moins les militaires.
    Il serait a...

  • 26 December, 2009
    Les essais nucléaires dans le monde

    France Inter - 2000 ANS D'HISTOIRE - La Première bombe atomique française (émission du 20 novembre 2006)

     

    L'ère des essais nucléaires

     L...

  • 4 October, 2009
    Camille Saint-Saëns, le grand voyageur

    Assurément grand voyageur, qui n'a cessé de parcourir l'Europe et le bassin méditerranéen, le compositeur Camille Saint-Saëns (1835-1921) apparaît comme l’exemple type du musicien nomade au point parf...

  • 25 August, 2009
    A la recherche du Cargo Arctic Sea

    Durant l'été 2009, la disparition de l'Arctic Sea a tenu en haleine les médias du monde entier.

    Au final, huit pirates ont été arrêtés par la Russie pour avoir détourné le cargo Arctic Sea, retrouvé ...

  • 30 April, 2009
    Les bidonvilles dans l'espace urbain
    Qu'est-ce qu'un "bidonville" ?

    Musique : Claude Nougaro - Bidonville

     La première définition écrite du terme anglais « slum » apparaît, dit-on...

  • 23 April, 2008
    Les attentats d'Al-Qaida de 1993 à 2008

    Al-Qaida a, depuis 1993, perpétré des attentats dans de nombreuses parties du globe entrainant plusieurs milliers de morts. Les seules zones épargnées sont finalement l'Amérique du Sud, la Russie et l...
  • 19 March, 2009
    Les langues en danger

    Ce dossier cartographique a été réalisé grâce aux données de l'UNESCO. On pourra retrouver par la suite ces données dans l'atlas UNESCO des langues en danger dans le monde. Afin de permettre sa réalis...

Derniers Ouvrages

  • 24 December, 2020
    Kisokaidō et Kuniyoshi

    Kisokaidō et Kuniyoshi

    Catalogue de l'exposition : Voyage sur la route du Kisokaido - De Hiroshige à Kuniyoshi sous la direction de Manuela Moscatiello.
    Réalisation de la cartographie.
    L'exposition (16 octobre 2020 - 17 janvier 2021) est présenté au musée Cernuschi (Paris).

    L'exposition permettra de parcourir en images l'une des routes les plus spectaculaires du Japon : le Kisokaido. Elle rassemblera un ensemble de près de cent cinquante estampes japonaises exceptionnelles, dont certaines seront dévoilées au public pour la première fois. L’exposition permettra de parcourir en images l’une des routes les
    plus spectaculaires du Japon : le Kisokaidō, qui était une des cinq voies du réseau routier créé au Japon durant l’époque Tokugawa (1603-1868). Elle reliait Edo (actuelle Tōkyō), où le shogun avait sa résidence, à Kyōto, siège de l’empereur. Contrairement à la route du Tōkaidō, qui rejoignait l’ancienne capitale en cinquante-trois relais le long de la côte, le Kisokaidō, jalonné de soixante-neuf étapes, traversait l’intérieur montagneux. Il suivait un itinéraire plus long, parfois plus pittoresque et ardu en raison de la présence de neuf cols escarpés.

    Entre 1835 et 1838 le Kisokaidō fit l’objet d’une série d’estampes réalisées par Eisen (1790-1848) et Hiroshige (1797-1858), dont le succès fut considérable. Deux autres séries virent le jour sous le pinceau de Kunisada (1786-1865) et de Kuniyoshi (1797-1861). Elles constituent les deux grandes parties du parcours de l’exposition.

    Catalogue : Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi

    Carte : Voyage sur la route du Kisokaidō. De Hiroshige à Kuniyoshi

    Lire la suite ...
  • 24 December, 2020
    6MOIS - N°20

    6MOIS - N°20

    Dans toutes les bonnes librairies, sort ce mercredi 15 novembre 2020 le nouveau numéro du magazine 6MOIS, le XXIe siècle en images, magazine qui donne la part belle à la photo et au photojournalisme. Réalisation cartographique d'Alexandre Nicolas.

    6M20 couverture

    Éditorial :

    Obama venait d’être réélu. Fin 2012, nous avions titré notre numéro 4 « USA, nouvelle saison » et ouvert notre triptyque sur cette phrase du premier président afro-américain des États-Unis : « Quiconque vous dit que l’Amérique est en déclin ne sait pas de quoi il parle. » Rêves de puissance, de liberté, d’égalité, recherche du bonheur : une saison de Trump plus tard, nous avons eu envie d’interroger une nouvelle fois ce mythe américain.
    Nos ordinateurs regorgent d’histoires rangées par pays, certaines envoyées par les photographes, d’autres repérées sur Internet, lors de prix ou de festivals. Celle de Bethany Mollenkof nous a saisis par sa justesse. L’Américaine raconte que quand elle arrive quelque part les gens n’imaginent pas que c’est elle « le » photographe. D’abord c’est une femme – elles représentent à peine 15 % des photoreporters ; et en plus, elle est noire. Cette fille du Tennessee, dans le Sud conservateur, s’intéresse aux Noires américaines, leur ventre, leur vie en danger : elles ont trois à quatre fois plus de risque de mourir d’une grossesse ou d’un accouchement que les Blanches. « La communauté n’est pas assez racontée, nous dit-elle. Il faut des histoires. Des histoires tout en nuances. » Ces nuances sont au cœur du projet « Geography of Poverty » du photographe de l’agence Magnum Matt Black. Six ans de travail, 160 000 kilomètres d’asphalte à travers 46 États : ce road trip en noir et blanc, exceptionnel par son ampleur, témoigne d’une pauvreté systémique, ancrée. « Mon pays, dit-il, est très différent des histoires que nous aimons nous raconter. »
    Matt Black et Bethany Mollenkof, s’inscrivent dans une longue tradition de la photographie sociale américaine. Dès les années 1880, Jacob Riis publie dans le Evening Sun des photos des taudis insalubres des ouvriers du Nord – interpellé, le maire de New York fera assainir certains lieux, comme les asiles de nuit. En 1910, Lewis Hine enquête sur les conditions de travail des enfants.
    Ses images indignent le pays, une loi pour la protection de l’enfance est votée. Durant la Grande Dépression qui suit le crash de 1929, la Farm Security Administration, organisme d’État chargé d’aider les fermiers les plus pauvres, envoie des photographes dresser un portrait de l’Amérique en crise. Le but : convaincre de l’utilité des réformes du président Franklin Roosevelt. Parmi eux, des grands noms – Walker Evans, Russell Lee, Arthur Rothstein, Ben Shahn, Dorothea Lange, célèbre pour sa photo de la « mère migrante », ou encore Gordon Parks, l’un des premiers photographes noirs à user de son objectif comme d’une arme pour dénoncer la ségrégation sociale, et raciale.
    Autre époque, près d’un siècle plus tard, c’est une vidéo, tournée par une adolescente, qui révèle l’indicible. George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, étouffe au bout de huit longues minutes sous le genou d’un policier. « Le racisme n’est pas en train d’empirer, il est juste enfin filmé », prévenait l’acteur noir Will Smith en 2016. Les chiffres qui affluent des États-Unis embrasés par la colère semblent irréels : les Noirs ont 2,5 fois plus de probabilité d’être abattus par la police que les Blancs ; un Noir sur trois né aujourd’hui risque la prison, pour un Blanc sur dix-sept. Alors que nous bouclions ce numéro, les images de Bethany résonnaient d’un coup. Elle dit qu’elle « fabrique des archives. Les archives sur les femmes et les personnes de couleur ». C’est la force des projets au long cours : leurs histoires font déjà mémoire •
    Léna Mauger

    Carte - Le Cartographe 6Mois
    Lire la suite ...
  • 23 December, 2020
    Les Littoraux

    Les Littoraux

    Réalisation de la cartographie de ce nouveau numéro de la documentation photographique : Les Littoraux (CNRS Éditions)
    Sous la direction de Annaig Oiry (Maître de conférences en géographie à l’Université Gustave Eiffel de Marne-la-Vallée)

    Couverture de ce numéro (décembre 2020)

    DocPhoto - Les Littoraux
    Les littoraux présentent aujourd’hui des visages variés. Si certains maintiennent une activité de pêche importante, d’autres favorisent le développement du tourisme. Si certains sont devenus des interfaces industrielles intégrées aux grands circuits mondialisés, d’autres restent isolés, marginalisés. La question de la vocation de ces espaces littoraux est liée à des enjeux politiques, géopolitiques, économiques, sociétaux et environnementaux majeurs, abordés ici.

    Quelques cartes de l'ouvrage :

    Carte : La piraterie dans le golfe de Guinée en 2018
    Carte : La piraterie dans le golfe de Guinée en 2018
    Carte :
    Les aires marines protégées en Afrique de l'Ouest

    Carte : Les aires marines protégées en Afrique de l'Ouest

    Carte :
    Les Touristes et backpackers en Asie du Sud-Est

    Carte : Les Touristes et backpackers en Asie du Sud-Est

    Carte : Pollutions dans le golfe du Mexique à la suite de l'explotion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon

    Carte : Pollutions dans le golfe du Mexique à la suite de l'explotion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon

    Lire la suite ...
  • 7 October, 2020
    L'Empire Romain

    L'Empire Romain

    Réalisation de la cartographie de ce nouveau numéro de la documentation photographique : L'Empire Romain (CNRS Éditions)
    Sous la direction de Pierre Cosme (Professeur d'Histoire romaine à l'université de Rouen, Groupe de Recherche en Hisoire EA 3831 )

    Couverture de ce numéro (octobre 2020)

    L'Empire Romain (CNRS Édition)
    Au Ier siècle av. J.-C., Rome a formé un empire à l’échelle de l’Europe occidentale et de la Méditerranée. Tout en conservant les apparences républicaines, Auguste fonde un nouveau régime politique : le Principat. Il adapte ainsi les institutions romaines aux dimensions de l’Empire. Ce moment politique essentiel ouvre une période de cinq siècles d’unité territoriale autour de la Méditerranée pendant laquelle s’épanouit la civilisation gréco-romaine.
    Ce dossier explore l’Empire romain dans sa diversité, ses évolutions et ses éléments de continuité structurants. Il offre un aperçu de cette société fortement hiérarchisée, reposant sur l’esclavage, mais dans laquelle des affranchis peuvent s’élever à des fonctions parmi les plus hautes de l’État.

    Quelques cartes de l'ouvrage :

    Carte : L'empire romain et les nouvelles capitales impériales au IVe siècle
    L'empire romain et les nouvelles capitales impériales au IVe siècle
    Carte :
    Migrations et invasions barbares dans le première moitié du Ve siècle

    Carte : Migrations et invasions barbares dans le première moitié du Ve siècle
    Carte :
    Les provinces romaines à la fin du IIe siècle

    Carte : Les provinces romaines à la fin du IIe siècle

    Carte : Principaux espaces de production et axes commerciaux dans l'Empire Romain

    Carte : Principaux espaces de production et axes commerciaux dans l'Empire Romain

    Carte : Le Portus à Ostie près de Rome
    Carte : Le Portus à Ostie près de Rome

    Carte : Plan de Constantinople
    Carte : Plan de Constantinople


    Lire la suite ...
  • 3 September, 2020
    Guerre du Péloponnèse

    Guerre du Péloponnèse

    L’Histoire de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide - préface par Olivier Rolin, traduit par Charles Zevort aux Éditions de l'École de Guerre.
    Cartographie Alexandre Nicolas.

      " L’Athénien Thucydide a écrit l’histoire de la guerre entre les Péloponnésiens et les Athéniens et raconté les divers incidents de cette lutte. Il a commencé son œuvre au début même des hostilités, prévoyant combien cette guerre serait importante, combien plus mémorable que celles qui avaient précédé : il en avait pour preuve les immenses ressources de tout genre avec lesquelles les deux peuples allaient s’entrechoquer, et les dispositions des autres États de la Grèce qu’il voyait ou prendre parti immédiatement, ou méditer dès lors de le faire. C’est là, en effet, le plus vaste mouvement qui jamais se soit produit chez les Grecs ; il embrassa une partie des barbares, et ébranla pour ainsi dire au loin l’univers."

    Ouvrage intemporel, l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse conserve toute sa pertinence pour comprendre les dynamiques des forces de  notre époque.
    .

    Carte : la guerre du Péloponnèse

    Carte : la guerre du Péloponèse

    Lire la suite ...
  • 1 September, 2020
    6MOIS - N°19

    6MOIS - N°19

    Dans toutes les bonnes librairies, sort ce mercredi 15 mai 2020 le nouveau numéro du magazine 6MOIS, le XXIe siècle en images, magazine qui donne la part belle à la photo et au photojournalisme. Réalisation cartographique d'Alexandre Nicolas.

    6M19 couv

    Éditorial :

    Une enquête sur la santé des photojournalistes ? On pense maladies du grand reporter : tourista, paludisme, voiture piégée, assassinat ciblé. L’état des lieux dressé en juin 2019 par la sociologue Irène Jonas tranche avec un quelconque romantisme et rapproche les photographes des chauffeurs Uber. Le premier risque du métier, dans un univers de la presse abîmé, est le même que celui subi par un ouvrier dans une usine en liquidation, ou en pleine « réorganisation », comme on dit maintenant : perte de sens, burn-out, sentiment de ne pas être respecté, peur de l’avenir. Vient ensuite la pénibilité : les horaires, la flexibilité, le matériel à porter. Puis l’absence de soins. La plupart des photographes cumulent les statuts : autoentrepreneurs, pigistes (payés en salaire), auteurs (cotisant à l’Agessa). En multipliant les régimes, ils sont privés d’un accès correct à la sécurité sociale, aux mutuelles, aux caisses de retraite. Certains comptent sur leur conjoint, ou prient pour ne jamais tomber malade, avoir besoin de lunettes… D’autres repoussent puis oublient un projet de grossesse. D’autres encore vieillissent sans le sou.

    Dans ce paysage sinistré, 6Mois ne fait pas figure de solution. Nous ne paraissons que deux fois par an, trop peu pour assurer des perspectives aux photographes. Exigeants mais humbles, nous savons que nous ne sauverons pas ce métier. Nous ne paierons jamais assez celui qui a passé un an, dix ans, une vie sur un sujet. Carolina Arantes, qui ouvre notre triptyque sur le Brésil, travaille sur l’agrobusiness depuis six ans. Javier Alvarez a régulièrement passé six à huit semaines, entre 2014 et 2019, dans un squat de São Paulo.

    Comment gratifier un tel engagement ? Comment rendre justice à leur travail ? C’est toute notre ambivalence : nous aimons des projets qui ne reposent sur aucun modèle économique. Nous primons la passion, le dévouement, le courage, sans être capables de vraiment les rétribuer. Nous payons honnêtement : autour de 2 500 euros le reportage. Cette somme dépend du nombre de pages publiées, pas du nom du photographe. Qu’il soit un inconnu habitant un village iranien ou une star américaine, nous accordons à chacun la même attention. Et nous défendons leurs projets auprès de vous, lecteurs, avec le même enthousiasme.

    Alors que faire ? À la lecture de ce rapport, on ne doit pas se contenter du constat. Chacun peut, à son niveau, s’engager à participer à la survie d’un photojournalisme aussi remarquable que les femmes et les hommes qui le pratiquent. À 6Mois, nous leur proposons de publier leur projet sur une vingtaine de pages. Nous tentons de coller au plus près de leur démarche. De les guider dans le travail de légendes, d’éclairage, pour faire émerger le sens et la dynamique de leur histoire. Cette année, pour la première fois, nous lançons aussi un prix doté de 10 000 euros et accompagnerons un ou une photographe dans la poursuite de son projet (voir page 305). Cette fois encore, nous encouragerons le souffle, l’engagement.

    Et vous ? Si vous lisez ces lignes, si vous tenez 6Mois entre vos mains, vous faites votre part. Les photographes ne vivent que grâce aux publications qui les rétribuent ; nous ne vivons que grâce à vous, lecteurs. Aucune page de publicité, aucun mécénat. Chaque fois que vous dépensez 26 euros pour cette revue de 300 pages, vous permettez à ces professionnels de mettre une noix de beurre dans leurs épinards. D’aller voir un dentiste. De contracter une mutuelle. De partir en vacances une semaine. C’est rien, n’est-ce pas. Cela aide pourtant à avancer, à se projeter. De notre part à tous : merci

    Carte - Le Cartographe 6Mois
    Lire la suite ...
  • 31 August, 2020
    Des cartes géologiques

    Des cartes géologiques

    La Revue des Vins de France (https://www.larvf.com/) m'a sollicité il y a quelques temps déjà, pour réaliser des cartes géologiques précises. Terroirs viticoles, Vignobles bénéficiant d'une AOC, régions géographiques (Loire, Provence, Alsace...) les territoires à cartographier sont variés. Ces cartes sont conçues grâce à l'expertise de Sophie de Salettes pour la conception et par Le Cartographe pour la réalisation et la charte graphique.

    Ces cartes sont indispensables à la bonne compréhension des vignobles. En France la vigne est implantée sur des sols de nature très différente d'une région à l'autre de l'hexagone. De nombreux types de sols viticoles de profondeur variable sont favorables à la culture de la vigne : sols argilo-calcaires en Bourgogne, sols schisteux à Collioure, sols argilo-calcaires, granitiques ou schisteux en Beaujolais… L’examen visuel et la dégustation des vins issus des raisins vendangés dans les différentes régions viticoles de France a mis en évidence l'influence de la composition du sol sur le cépage, le porte-greffe, la maturation et la qualité des raisins vendangés et au final sur les propriétés organoleptiques  des vins obtenus.

    Voici donc quelques exemples de nos réalisations pour la Revue :
    .

    Carte géologique de l'AOC Saint-Pourçain
    Carte géologique de l'AOC Saint-Pourçain

    Carte géologique de l'AOC Saint-Nicolas de Bourgueil
    Carte géologique de l'AOC Saint-Nicolas de Bourgueil

    Carte géologique de l'AOC Jasnières
    Carte géologique de l'AOC Jasnières

    Carte géologique de l'AOC Crozes-Hermitage
    Carte géologique de l'AOC Crozes-Hermitage

    Carte géologique de l'AOC Fixin
    Carte géologique de l'AOC Fixin

    Carte géologique de l'AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire
    Carte géologique de l'AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire

    Lire la suite ...
  • 30 August, 2020
    Humanisme, réformes...

    Humanisme, réformes...

    Réalisation de la cartographie de ce nouveau numéro de la documentation photographique : Humanisme, réformes et conflits religieux (CNRS Éditions)
    Sous la direction de Denis Crouzet (Professeur d'histoire moderne à Sorbonne Université UMR 8596)

    Couverture de ce numéro (Septembre 2020)

    Humanisme, réformes et conflits religieux
    Grand mouvement de renaissance intellectuelle et culturelle, fondée sur une rupture avec le Moyen Âge, un retour à la culture antique et une fois dans la perfectibilité de l’homme, l’humanisme a nourri les réformes du XVIe siècle dans un contexte d’angoisse religieuse et eschatologique extrême. Dans ce dossier de la Documentation photographique, Denis Crouzet montre le souci de « désangoissement » qui préside aux différentes réformes religieuses et analyse les conflits et la violence déchaîné par la rupture de l’unité chrétienne.

    Carte : La diffusion des réformes religieuses au XVIe siècle en Europe
    Carte : La diffusion des réformes en Europe
    Lire la suite ...
  • 10 May, 2020
    L'Asie du Sud-Est

    L'Asie du Sud-Est

    Réalisation de la cartographie de ce nouveau numéro de la documentation photographique : L'Asie du Sud-Est (CNRS Éditions)
    Sous la direction de Marie Gibert-Flutre (Géographe du Vietnam, de l'Asie du Sud-Est, Maître deconférence à l'Université de Paris)

    Couverture de ce numéro (février 2020)

    L'Asie du Sud-Est (CNRS Édition)
    Longtemps perçue comme un espace intermédiaire entre les géants indiens et chinois, l'Asie du Sud-Est est pourtant un monde en soi.
    L'immense variété ethnique, culturelle et religieuse qui la caractérise ne doit pas faire illusion : l'ensemble des pays de l'Asie du Sud-Est sont confrontés à des dynamiques et des enjeux communs dans le contexte de la mondialisation et de la montée en puissance de leur voison chinois. À des degrés divers, ils connaissent des bouleversements et des paradoxes induits par l'émergence.

    Quelques cartes de l'ouvrage :

    Carte : Déforestation et essor de l'huile de palme à Bornéo
    Déforestation et essor de l'huile de palme à Bornéo

    Carte : La salinisation du delta du Mékong
    La salinisation du delta du Mékong

    Carte : Coopérations maritimes en Asie du Sud-Est
    Coopérations maritimes en Asie du Sud-Est

    Carte : Conflits maritimes en Asie du Sud-Est
    Conflits maritimes en Asie du Sud-Est

    Carte : Les flux migratoires du sud-est asiatiques
    Les flux migratoires du sud-est asiatiques

     

    Lire la suite ...
  • 6 May, 2020
    Un monde de migrants

    Un monde de migrants

    Réalisation de la cartographie de ce nouveau numéro de la documentation photographique : Un monde de migrants (CNRS Éditions)
    Sous la direction de Catherine Withol de Wenden (Docteure en science politique, directrice de recherche émérite au CNRS)

    Couverture de ce numéro (septembre 2019)

    Un monde de migrant (CNRS Éditions)
    Depuis 2015, la question des migrations fait l'actualité comme s'il s'agissait d'une réalité nouvelle. Pourtant, elle est une composante essentielle de l'histoire mondiale depuis le XIXe siècle et le peuplement des "nouveaux monde".
    Depuis cette époque, les motivations des migrants n'ont pas changé. Une partie d'entre eux sont des réfugiés, mais l'mmense majorité prend la route pour trouver du travail et construire une vie meilleure.
    Bien que l'immigration légale constitue la majorité des flux, elle est très encadrée et limitée numériquement. Les canditats sont ainsi nombreux à tenter leur chance dans la clandestinité.
    Ce dossier pose les grands enjeux des migrations contemporaines et dissipe un certain nombre de fausses croyances.

    Quelques cartes de l'ouvrage :

    Carte : Les flux migratoires dans le monde
    Les Flux migratoires

    Carte : Les réfugiés dans le monde
    Les réfugiés dans le monde

    Carte : Les migrations intérieures et régionales des Chinois
    Les migrations intérieures et régionales des Chinois

    Carte : Les migrations vers la Russie depuis les pays de la CEI
    Les migrations vers la Russie depuis les pays de la CEI

    Lire la suite ...